Vers une désobéissance créatrice…

Et si au lieu d’apprendre, on parlait de désapprendre…

J’allais vous parler de la mémoire, de son fonctionnement chez le chien et de la façon dont il fait des apprentissages. Finalement j’ai eu envie d’échanger avec vous sur un sujet plus léger mais tout aussi passionnant (à vous de me dire !).

Et si au lieu d’apprendre on parlait de désapprendre ? Quoi ?! Plus précisément de désobéissance créatrice. Ce terme je ne l’ai pas inventé. Je le dois à Vandana Shiva écrivaine, écologiste et féministe engagée pour le climat, la nature et le respect des populations. Selon elle,

 « La désobéissance créatrice ne consiste pas seulement à dire non et à critiquer mais aussi à proposer un changement et à l’incarner dans la vie de tous les jours »

Mais quel est le rapport avec nos chiens, allez-vous me dire ? Je vous propose deux niveaux d’interprétation et de mise en application de la désobéissance créatrice avec nos chiens :

Le niveau sociétal : Changeons la vision du « bon chien, bien obéissant » !

Changeons les meurs de l’éducation canine, arrêtons de donner ou suivre les conseils prodigués depuis la nuit des temps concernant la bonne façon d’éduquer nos chiens. Votre chien ne s’asseoit pas lorsque vous lui demandez il préfère patienter debout et vous le laisser faire ? BRAVO ! Votre chien aboie pour vous prévenir que quelqu’un sonne à la porte quand vous êtes sous la douche ? Bien joué ! Vous parlez à votre chien en faisant des phrases ? Chapeau bas ! Vous laissez votre chien prendre des décisions dans sa vie même quand ces décisions vous déplaisent parfois ? Là je reste sans voix !

Et si on incarnait le changement ? Oui, nous personnes aimant les animaux, propriétaires de chiens investis ou professionnels curieux et ouverts d’esprit, désireux de toujours tendre vers une relation à double sens et un quotidien harmonieux humainement et caninement parlant.

Désobéir c’est important, c’est d’abord une bonne nouvelle cela signifie qu’on a un libre arbitre et que l’on sait le faire valoir ! Ensuite désobéir c’est bon signe quand les consignes sont aberrantes, il vaut mieux ne pas s’y plier. « Madame appuyez sur le petit bouton qui lance une décharge sur le collier électrique de votre chien » « Non je n’en ferai rien » STANDING OVATION pour Madame. Je ne m’étalerai pas sur le sujet… mais vous voyez l’idée.

A tout moment nous avons le droit d’accepter ou de refuser, dire non c’est parfois difficile mais alors proposer le changement et l’incarner c’est une autre paire de manches ! Nous avons tous le droit (peut-être même le devoir ?) de désobéir et de montrer qu’une autre vision des choses est possible.

Si vous parlez à votre chien dans la rue pour lui indiquer que l’on va tourner, s’arrêter ou changer de direction et que quelqu’un vous dit que vous êtes un peu fou, comme c’est arrivé à l’un de mes clients dernièrement, pensez-y vous incarnez le changement et le changement fait souvent peur. Plus tard vous vous trouverez face à des observateurs curieux, non moins dubitatifs mais avides de comprendre, qui vous demanderons « Votre chien comprend ce que vous lui racontez ? » et vous leur direz bien sûr en mettant fièrement en avant l’intelligence de votre compagnon et la richesse d’une approche coopérative dans l’éducation de celui-ci. Là, non seulement vous incarnez le changement, mais en plus vous plantez une graine dans la tête de votre interlocuteur/observateur. Et bientôt c’est l’effet boule de neige !

Le niveau relationnel : Quand le chien désobéit et qu’il a raison !

Quoi ? Là, ça y est je déraille ! Attendez, je m’explique : Parfois votre chien ne fait absolument pas ce que vous lui avez demandé ou traîne pour répondre positivement à votre invitation ou votre sommation (dans le pire des cas). Pourquoi ?

Parfois c’est une question de survie…

L’autre jour je me baladais dans la Drôme avec ma chienne détachée dans un quartier piétonnier d’une ville historique pavée. Les rues étaient désertes ou presque… Voilà que Cassatt tourne à gauche dans une ruelle, tandis que je continue tout droit. Au bout d’un moment ne l’entendant pas faire demi-tour je l’invite « tu viens on va par-là ? ». J’attends quelques instants, pas de bruits… Je me dis « tiens d’habitude elle est plutôt du genre à rappliquer rapidement ». Je vais voir discrètement et je constate qu’elle était en train de rencontrer deux chiens vivants dans la rue avec leur humain. Les chiens bien à l’aise étaient en train de la scanner avec Zèle et un brin de raideur dans la rencontre. Si elle avait bougé à ce moment-là elle aurait pu déclencher les hostilités avec ces deux chiens. Au contraire, elle a adopté la bonne réaction en refusant de répondre à ma demande et en priorisant le temps de la rencontre. Une fois la rencontre terminée et l’inspection générale des deux compères effectuée, elle m’a rejoint en marchant très, très lentement. Une fois passé le coin de la rue elle s’est détendue et s’est remise à explorer à allure normale et moi à me balader normalement.

Parfois c’est une question de besoins

Votre chien ne veut pas rentrer à la fin de sa balade, a-t-il vraiment eu le temps et l’opportunité de se soulager ? Une balade d’une demi-heure rythmée par un jeu de balle incessant ou par une course-poursuite avec ses congénères n’aura pas laissé beaucoup de temps à votre chien pour éliminer, relever les nombreux sms déposés par lesdits congénères sur son chemin de balade et y répondre en bonne et due forme. Alors il traîne les pattes et il a raison, il est face à un choix cornélien : rentrer et se soulager sur votre tapis au risque de vous faire entrer dans une colère noire (ou pire : devoir se retenir à s’en créer des douleurs abdominales fulgurantes jusqu’à la prochaine sortie) OU traîner et gagner du temps pour parvenir à se soulager avant d’arriver sur le pas de la porte.

Parfois c’est une envie de rendre service…

Votre chien fait demi-tour en balade et vous n’y comprenez rien, il revient peu de temps après avec un gant, un objet tombé de votre poche. Vous le remerciez et pensez qu’il est intelligent et dévoué. Surtout, grâce à lui vous n’avez pas perdu vos effets personnels !

Parfois c’est intangible…

…et vous remerciez chaudement votre chien de vous avoir évité le pire, lorsqu’au détour d’un chemin étroit en forêt à la tombée de la nuit votre chien se met face à vous en travers du chemin. Vous insistez et continuez à avancer en le contournant tandis qu’il s’interpose à nouveau entre vous et votre trajectoire. Finalement vous décidez de changer de chemin. Plus loin vous comprenez qu’il y avait des individus à l’air patibulaire sur ledit chemin. Vous vous dites que cette décision était bien vue de la part de votre compagnon et que dans le doute à la tombée de la nuit mieux vaut ne pas risquer l’aventure !

Parfois c’est juste une partie de rigolade…

Comme hier Cassatt qui monte sur le banc d’une table de pique-nique public pour y dénicher la miette que les personnes ayant cassé la croûte peu de temps auparavant avaient laissée alors que je m’obstinais à lui demander de faire demi-tour. Un peu d’humour tout simplement !

La désobéissance créatrice c’est la preuve de l’intelligence et de l’affirmation de soi,
de ses valeurs, de ses besoins que l’on soit humain ou chien.
« Soyons créateurs, soyons vecteurs du changement, soyons désobéissants ».